By: Ahron de Leeuw

Yémen: guide de voyage et vacances

Monnaie :

Le Rial (Ry)

Climat :

Le Yémen bénéficie d’un climat doux et humide toute l’année. Tempéré dans le Nord du pays, où les températures descendent rarement sous la barre des 20°C en hiver. Tropical sur la côte méridionale où les températures peuvent atteindre 45°C en été.

Formalités :

Un passeport valide au moins 6 mois après votre retour.
Un visa d’environ 38 Euros, valable au moins un mois après votre arrivée au Yémen.

Taxes :

Env. 31 Euros

Décalage horaire :

1

Santé :

Aucun vaccin n’est obligatoire. Buvez de l’eau minérale et consommez des légumes cuits et lavés à l’eau stérilisée. Si vous visitez la région de Tihama, vous devez suivre un traîtement préventif contre le paludisme.

Ambassade du Yémen et Consulat
25, rue Georges Bizet
75016 Paris
T : 01-47-23-61-76

Centre culturel yéménite
Mêmes coordonnées

Hébergement :

Les hôtels sont appelés « Foundouk ». Il existe également de nombreuses auberges au confort simple où il est possible de dormir en dortoir. Le prix moyen d’une chambre avec draps et eau chaude s’élève à environ 750 rials ou 1000 rials, s’il s’agit d’une chambre double.
Vous trouverez un plus grand choix d’hôtels à Saana, la capitale, où le prix moyen d’une chambre double est d’environ 1000 rials.

Transport :

Vous pouvez vous déplacer en transports en communs : bus et taxis collectifs sont très développés, et bon marché. Il vous coûtera environ 10 à 20 rials pour une course urbaine.
Pour les longs trajets, nous vous conseillons de prendre un taxi et de négocier auprès du chauffeur le tarif avant le départ. Pour plus de confort, vous pouvez utiliser les services d’une voiture privée ave chauffeur, pour un prix de 1000 rials par jour. Ce système peut être une bonne solution si vous voyagez à plusieurs. Si vous souhaitez accéder à des zones assez reculées du Yémen, nous vous conseillons de louer un 4X4 ; cela vous coûtera environ 7000 rials par jour.

Nourriture :

La base de l’alimentation est le pain. Le plat national, la satta, est un ragoût de mouton ou de boeuf, accompagné de légumes ou de riz. C’est un plat assez épicé, comme la cuisine yéménite d’une manière générale, mais très savoureux. Vous goûterez peut-être au Kebda, autre plat emblématique de la cuisine yéménite, une préparation de foie de mouton ou de boeuf, que l’on fait revenir avec des légumes et des épices. Ce plat, un peu spécial, pourra surprendre certains palais. Autre plat traditionnel : le foul, une purée de haricots très épicée. Les desserts sont à base de miel, très sucrés et délicieux.

Le thé et le café restent les boissons les plus répandues ; le thé est souvent aromatisé à la cardamome et aux clous de girofle. Les curieux goûteront au qishr : une décoction à base d’écorce de café, parfumée au gingembre, clou de girofle et cardamome ; un peu amer.
Attention, islam oblige, le Yémen interdit la consommation d’alcool, et vous aurez du mal à vous en procurer sur place en dehors des hôtels internationaux. A savoir : la consommation d’alcool dans la rue est interdite et peut être considérée comme de la provocation.

A visiter :

L’architecture est très riche au Yémen. Les Minarets sont omniprésents dans le paysage, mais sachez que l’accès aux mosquées est réservé aux musulmans.
A Saana, la capitale, il ne faut manquer sous aucun prétexte la vieille ville et la porte Bab El-Yémen, de toute beauté. Ce quartier a été classé Patrimoine Mondial de l’Unesco. Toujours à Saana, promenez-vous dans le souk, le plus vaste du pays, et visitez le Musée National (place Tahrir) qui abrite de nombreux trésors archéologiques.
Passez par Mokha, ancien port caféier. Cette ancienne cité marchande tirait sa richesse du commerce de l’« or noir » entre le XVIe et XIXe siècle.
Une autre ville à inscrire à votre itinéraire : Aden, la ville des explorateurs. Depuis cette ville, rendez vous à Moreb où se trouvent les vestiges du Royaume de Saba.
Autres sites intéressants : les villages fortifiés en montagne, dont Djebel Maraz, l’île de Socotra et la vallée de l’Hadramaout.

A faire :

Traverser le désert de Roub al-Khali en 4X4 ou en méharée avec les bédouins.
Faire un tour en pirogue à Burum.
Faire une randonnée en montagne dans le Djebel Saber.

Shopping :

Un Djambia : poignard à lame incurvée, des bijoux en argent, de l’encens et de la myrrhe. Il ne faut pas oublier que le Yémen est le pays de l’encens. Pour les gourmands : rapportez du miel de Wadi Doan, surnommé le caviar de la vallée. Il a la réputation d’être un des plus savoureux au monde ; il est également l’un des plus chers.

On aime :

L’hospitalité de la population yéménite est une démarche sincère et amicale, sans arrières pensées. Pour vous faciliter les contacts et ne pas « choquer » vos hôtes quelques conseils : pensez à vous déch/story_76144.shtt dans une maison, oubliez vos habitudes d’occidental pressé et acceptez leur notion du temps ; en revanche, ne vous éternisez pas à table à la fin du repas, cela est mal vu …

On n’aime pas :

Officiellement réunifié depuis le début des années 90, on peut toujours reprocher une certaine insécurité, en particulier dans les zones frontalières de l’Arabie saoudite. Le tourisme individuel reste déconseillé.

Le mot :

Le « Qat » : si les yéménites ne consomment pas d’alcool, ils s’adonnent au qat, la plante narcotique locale. Elle est omniprésente et a même illustré un billet de banque. Elle donne lieu à des rituels bien planifiés. La politesse veut qu’on vous en offre une branche quand on vous accueille quelque part. Cette plante est généralement chiquée ou parfois utilisée dans le thé.

Livres :

Yémen, Lonely Planet : ce guide est le plus complet sur la destination et disponible en français. En plus d’un carnet d’adresses riche, il donne des clés culturelles pour mieux apprécier un séjour au Yémen.

[pw_map address="Yémen"]

Article Global Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Eli Pets