By: Zachary Baumgartner

Syrie: guide de voyage et vacances

Monnaie :
La livre syrienne (divisée en 100 piastres).

Climat :
Méditerranéen sur la côte, plus frais dans les montagnes, très sec à l’intérieur des terres. La meilleure saison : avril-mai et septembre-octobre.

Formalités :
Visa valable 3 mois à retirer à l’ambassade.

Taxes :
Env. 5 Euros à payer au retour.

Décalage horaire :
+1

Santé :
Pas de vaccin recommandé. Ne pas boire d’eau du robinet.

Ambassade de la République Arabe Syrienne
20, rue Vaneau
75007 Paris
Tél : 01.40.62.61.00

Centre culturel syrien
12, avenue de Tourville
75007 Paris
Tél : 01.47.05.30.11

Hébergement :
Peu d’intermédiaires entre les établissements de luxe et les petits hôtels bruyants et souvent sales. Côté tarifs, comptez 38 à 60 Euros pour les premiers, 6 à 9 Euros pour les seconds.

Transport :
Très bon réseau de transports en commun à travers tout le pays. Le moindre village est desservi par les bus. Les trains, plus lents, relient les villes principales.

Nourriture :
Les spécialités : Comme dans tout le Moyen-Orient, les mezze, ensemble de hors-d’oeuvres où chacun pioche comme il veut (houmous, caviar d’aubergine, purée de tomates et piments). Vous pouvez manger sur le pouce du foul, purée de fève à l’huile d’olive. Un peu lassant mais vraiment pas cher (quelques livres seulement). Tarif : Entre 3 Euros (gargotte) et 9 Euros (restaurant modeste) pour un repas complet.
Boisson : testez le laban, yaourt très liquide et rafraichissant. A boire pour accompagner les mezze. La Syrie produit du vin dans le sud, notamment le ksara rosé, le meilleur du pays.
Horaires : de 12 h à 15 h pour le midi, de 19 h à 23 h pour le soir.

By: Cazz

A visiter :
Damas, l’une des plus vieilles villes du monde, les ruines antiques de Palmyre, plantées dans un paysage de désert, le Krak des Chevaliers (château des croisés), le sanctuaire byzantin de Saint Siméon.
Enfin, ne manquez pas Maaloula, village où l’on parle encore l’araméen, langue du Christ.
Notre coup de coeur : Les souks d’Alep, 10 kilomètres de ruelles et d’échoppes d’une variété inouie, festival de couleurs et d’odeurs inoubliables.

A faire :
Nombreuses possibilités de trek en Syrie, dans le désert ou dans les montagnes du nord ouest.
Un pèlerinage sur les traces des premières églises chrétiennes dans la région du massif calcaire (nord-ouest), ou dans les quartiers chrétiens de Damas ou d’Alep.

Shopping :
Des tapis, assez bon marché, même si la plupart sont fabriqués en Iran. Inévitable et moins cher : le savon, grande spécialité d’Alep, dont la réputation en la matière est connue dans le monde entier.

On aime :
La Syrie s’est ouverte aux étrangers depuis peu : vous ne serez pas harcelés par les vendeurs à la sauvette ou objet de convoitise pour les pickpokets. Les mauvaises habitudes envers les touristes ne sont pas encore prises.

On n’aime pas :
La police militaire, discrète, mais quand même très présente dans le pays.
La côte méditerranéenne, bétonnée et sale, peu agréable pour la baignade ou la villégiature. Seules exceptions : les plages au nord de Lattaquié, mieux entretenues.

Livres :
Le guide Neos Syrie-Jordanie, éditions Michelin : clair, hiérarchisé, à la fois pratique et culturel. Le point fort : les cartes et les plans, très simples à déchiffrer.
Guide Visa « En Syrie » : très bon pour les infos culturelles. Indispensable pour un pays, où l’imbrication entre l’histoire et les religions est parfois complexe à appréhender. Seul point faible : les bonnes adresses, qui font cruellement défaut.

[pw_map address="Syrie"]

Article Global Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Eli Pets